Psychoonline Marie meerschman

Espace privé

Le blog de Psychoonline :

C’est quoi les colonnes de Beck?

Les « colonnes de Beck » sont un outil utilisé en thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour aider les individus à examiner et à modifier leurs pensées et leurs croyances négatives. Elles comprennent différentes colonnes où la personne note ses pensées automatiques, ses émotions, les situations qui ont déclenché ces pensées.

Dans un second temps, sur le plan cognitif, la personne est amenée à examiner les preuves pour et contre ces pensées, et enfin à envisager des pensées alternatives plus réalistes. Cela aide à développer une perspective plus équilibrée et constructive sur les événements et les émotions

Exemple

  1. Situation : Un ami ne répond pas rapidement à un message texte
  2. Pensées automatiques : « Il ne m’aime pas », « Je dois avoir fait quelque chose de mal »…
  3. Émotions : Anxiété, tristesse
  4. Conséquences: je pleure, je m’isole, je lui envoie des messages pour lui dire que c’est terminé entre nous s’il n’est pas capable de me porter de l’attention

La restructuration cognitive

  1. Preuves pour : Aucune
  2. Preuves contre : Il a peut-être des problèmes personnels qui l’occupent. Il m’avait dit que son meilleur ami était gravement malade. Son téléphone se décharge très rapidement. Il travaille.
  3. Pensées alternatives : « Peut-être qu’il est juste occupé, je vais lui laisser un peu de temps et essayer de ne pas trop m’inquiéter ».

En travaillant à travers les colonnes, la personne peut remettre en question ses pensées automatiques et développer des perspectives plus équilibrées et réalistes.

Les colonnes de Beck permettent de travailler sur les pensées, les comportements et la sphère émotionnelle. Cela permet de dégager des axes importants sur le travail sur soi (pensées récurrentes autour d’un même thème: imperfection, abandon, rejet, méfiance…)

Le travail comportemental

En adoptant un autre point de vue, il est possible de modifier ses comportements et de se rendre compte que ces derniers, bien souvent, viennent, sous forme de cercle vicieux, provoquer ce qu’on redoute et renforcer la problématique.

Ainsi, une personne qui a une forte peur de l’abandon, peut se montrer tellement insistante et intrusive que le ou la partenaire finira par partir ne supportant plus la pression exercée. 

Partager

Picture of Marie Meerschman, psychologue

Marie Meerschman, psychologue

Psychologue Clinicienne, Psychothérapeute, formée aux TCC ou Thérapies Cognitivo-comportementales, je vous propose des consultations en ligne, de chez vous, avec ou sans visio.